Festival d'Animation d'Annecy

Le Festival international du film d’animation d’Annecy, créé en 1960, se déroule au début du mois de juin dans la ville d’Annecy, en Haute-Savoie. D’abord tous les deux ans, le festival devient annuel en 1997. CITIA, est la structure organisatrice du Festival.

Dans les années 60, l’existence sur le territoire savoyard d’un ciné-club très actif, combinée à la rencontre de ses animateurs avec l’équipe des Journées du cinéma, ont facilité l’installation des Journées internationales du cinéma d’animation (Jica) à Annecy. Pierre Barbin, André Martin et Michel Boschet en sont les membres fondateurs.

En 1956, les dirigeants du ciné-club sont présents à Cannes pour assister à la 1ère édition des Jica en marge du grand festival. De la rencontre des deux équipes germe l’idée de l’installation d’un festival d’animation à Annecy.

En 1960, le festival devient compétitif. Jusqu’en 1967, les passionnés d’animation bénéficient d’un événement à la sélection rigoureuse, à des hommages, rétrospectives, éditions, expositions, invités spéciaux et à la présence de 25 délégations étrangères.

Jusqu’en 1975, le Festival va connaître une forte hausse de participation, aussi bien du côté des professionnels, délégations étrangères, abonnés et spectateurs. L’arrivée des premières images réalisées à l’aide de l’ordinateur crée une scission entre les artistes conventionnels et les plus modernes. À la fin des années 70, il est évident qu’il faut se tourner vers l’avenir, changer d’orientation.

En 1982, trois objectifs sont présentés à l’Assemblée Générale : « contribuer au développement du cinéma d’animation; assurer à Annecy une manifestation culturelle de niveau international, être un moyen d’action culturelle pour la ville, la région et la France ». Jean-Luc Xiberras est engagé pour mettre en place ces nouvelles orientations.

En 1983, l’édition se tient au centre culturel de Bonlieu, permettant ainsi des projections simultanées, dans différents formats de films et sur différents supports. En parallèle, les prémices d’un marché du film apparaissent, ainsi que quelques conférences thématiques. Cette édition, en s’ouvrant à toutes les fonctions du cinéma d’animation, à toutes les cultures et techniques, se révèlent être un véritable succès. À la suite de l’ouverture de la compétition aux films de commande en 1983, une compétition est également créée pour les films de télévision en 1985.

En 1985, la première édition du Marché international du film d’animation (MIFA) est ainsi co-organisée. Pour Jack Lang, ministre de la culture nommé en 1981, ce marché répond à « la nécessité d’envisager aujourd’hui l’évolution de ce secteur dans son ensemble et plus particulièrement dans ses aspects économiques ». Ce marché devra permettre aux films présentés en sélection officielle de trouver plus facilement un distributeur.

Dès 1985, les studios américains sont de plus en plus visibles sur la manifestation, avec notamment une diffusion auprès du public d’un programme de 9 films de Disney oscarisés, avec un hommage à la Warner en 1987, et avec l’accueil d’une délégation importante de Walt Disney Pictures pour la première fois en 1989.

Entre 1983 et 1997, le nombre de participants passe de 900 accrédités en 1983 à 4300 en 1997 et le nombre de films reçus de 386 à 1271. Ces facteurs entraînent une couverture médiatique de plus en plus conséquente avec près de 300 journalistes présents à la fin des années 90.

Dès 1983, le succès de la manifestation entraîne une augmentation du nombre de professionnels d’orientation culturelle ou économique.

En 1993, un écran géant en plein air est installé, sur le Pâquier pour des projections publiques.

En 1997, le conseil d’administration vote l’annualisation de l’événement pour plusieurs raisons : augmentation du volume de production, difficulté de la sélection, concurrence des autres événements, besoin d’un marché annuel et nécessité d’une équipe organisatrice permanente. Par la suite, Annecy conforte sa position de leader international des festivals compétitifs consacrés au cinéma d’animation.

Dans les années 2000, le festival d’Annecy est en plein essor, les avant-premières se multiplient et entraînent ainsi une plus grande couverture médiatique de l’événement. La France et l’Europe se lancent dans la production de films d’animation.

En 2006 est créé la CITIA, la cité de l’image en mouvement. Son projet s’articulant autour de 3 axes (culture, économie, formation), diverses actions sont mises en place au niveau local : exposition permanente sur le cinéma d’animation, développement des opérations d’éducation artistique, implantation de formations supérieures avec les Gobelins, l’école de l’image, création d’un événement dédié aux contenus et nouveaux supports, le Forum Blanc, mise en place d’un fonds d’aide à la production d’œuvres numériques…

Source : Wikipédia

error: Content is protected !!