Bayer – Monsanto

Bayer – Monsanto
Bayer - Monsanto

Bayer – Monsanto – Des mots en images

Bayer – Monsanto – Des mots en images

Monsanto Company, généralement appelée simplement Monsanto, est une entreprise américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Fondée en 1901 par John Francis Queeny, elle fusionne avec Pharmacia en 1999 et s’en sépare en 2002. Légalement, l’entreprise Monsanto Company n’existe que depuis 2002 sous cette appellation.

Dans les années 1940, Monsanto était un producteur majeur de plastiques comme le polystyrène et des fibres synthétiques. Monsanto est notamment la première entreprise à avoir produit des DEL visibles en masse. Elle a aussi produit des PCB et de l’agent orange, de l’aspartame et de l’hormone bovine de croissance recombinée.

Au début des années 1980, le potentiel des biotechnologies végétales provoque une forte réorganisation du marché des produits phytosanitaires et des semences, autrefois séparés. Monsanto se désengage alors de la chimie industrielle pour s’orienter vers la biotechnologie et les semences via une politique de rachat intensif. D’autres entreprises du secteur de la chimie agricole feront de même durant les années 1980 et 1990, ce qui aboutira à la fondation des grandes entreprises du secteurs : Syngenta, Dow AgroScience et Pioneer Hi-Bred, toutes étant présentes sur les marchés des semences, des produits phytosanitaires et des organismes génétiquement modifiés(OGM).

Monsanto était détentrice du brevet aujourd’hui tombé dans le domaine public sur le glyphosate, herbicide total qu’elle commercialise sous la marque « Roundup », et qui reste l’herbicide le plus utilisé dans le monde. Monsanto est depuis près d’une décennie le numéro 1 mondial sur le marché des semences et le premier fournisseur d’événements de transformation génétique utilisés pour la production de semences génétiquement modifiées.

L’entreprise a été impliquée dans divers scandales sanitaires.
Bayer AG est une société chimique et pharmaceutique fondée en 1863 à Barmen (aujourd’hui partie de Wuppertal) en Allemagne, notamment par Friedrich Bayer et Johann Friedrich Weskott, dont le siège social est à Leverkusen,Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne.

Achats de personnes déportées à Auschwitz

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bayer se livre au trafic d’êtres humains en achetant des déportés du camp d’Auschwitz pour servir de cobayes dans le cadre d’expérimentations à prétention médicale et de caractère confidentiel.

Cinq lettres signées par les responsables de Bayer et destinées aux dirigeants du camp d’Auschwitz, rédigées en avril et mai 1943, ont été découvertes par un régiment de l’Armée soviétique lors de la libération du camp d’Auschwitz, pour l’achat de « lots de femmes » déportées.

Des extraits de ces lettres sont lus dans deux documentaires réalisés par Émile Weiss, le dernier volet de la trilogie documentaire Destruction sur le camp d’Auschwitz, et également dans Criminal Doctors – Auschwitz, France, 2013.

La première lettre indique le besoin de femmes déportées, en tant que cobayes pour expérimenter un soporifique. La deuxième stipule que le prix de « 200 marks est exagéré ; nous offrons 170 marks par sujet, nous avons besoin de 150 femmes. » La troisième demande : « Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines. » La quatrième indique : « Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant, quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant des résultats des expériences. » Enfin, la cinquième et dernière lettre retrouvée mentionne : « Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. »

Après la guerre, lors des procès de Nuremberg, l’une des douze séances concerne directement le Procès IG Farben où plusieurs dirigeants d’IG Farben – dont Bayer était une filiale – sont condamnés pour crimes de guerre, entre 6 mois et 6 ans de prison. Bayer n’a pas fait l’objet de poursuites mais son personnel dirigeant a été limogé et IG Farben démantelé.

Scandale de l’huile frelatée

Dans les années 1980, un de ses produits, le nemacur (organophosphoré), est mis en cause dans une enquête indépendante menée par le Dr Muro dans le cadre du scandale de l’huile frelatée (600 morts, plus de 2000 victimes constatées en Espagne).

Yasmin, Yasminelle et Yaz : contraceptifs dangereux

La société Bayer a aussi mis en circulation des pilules contraceptives qui seraient très dangereuses pour la santé selon des enquêtes menées en Suisse et aux États-Unis. Ces pilules dites « de quatrième génération » s’appellent Yasmin, Yasminelle et Yaz et seraient plus dangereuses que les anciennes, présentant des risques graves de thromboses. Des milliers de plaintes ont été déposées contre la société Bayer à cause des effets secondaires de ces pilules.

Scandale du sang contaminé

Le laboratoire pharmaceutique est accusé d’avoir sciemment écoulé des produits sanguins, afin d’augmenter son profit, qui auraient inoculé le virus du sida, principalement entre 1978 et 1985, alors que des procédés pour décontaminer ces produits existaient. Plusieurs milliers d’hémophiles dans le monde sont contaminés par le VIH à la suite de la négligence de la firme Bayer. Il est cependant à noter qu’un protocole de décontamination visant spécifiquement le VIH ne pouvait pas être inventé avant l’identification du dit virus, laquelle n’intervient qu’entre  et .

En mai 2016, Bayer annonce le lancement d’une offre d’acquisition de 62 milliards de dollars sur Monsanto, après deux semaines de rumeurs.

 

Source : Wikipédia

Compétences

Posté le

14 septembre 2016

error: Content is protected !!